Archives de Catégorie: Beauté

Tambouille à tifs et autres considérations capillaires- Part 3

Par défaut

Une petite escale capillaire avec le retour de la tambouille à tifs! Pour mémoire voici la première partie, et la deuxième partie.  Presque un an s’est écoulé depuis la deuxième partie, bien qu’il y ai eu des nouveauté, la base est resté ce qu’elle était: beaucoup de poudres lavantes et des soins avec les fonds de frigo.

 

J’ai testé toute une série de poudres, pour le lavage et le soin: prêle, ortie, neem, orange, tulsi. Mes critères de sélection étaient simples, j’ai cherché sur Aromazone toutes les poudres qui avaient des vertus pour les cheveux et qui ne modifiaient pas la couleur des cheveux. Au final le bilan est très mitigé: pour le lavage rien d’exceptionnel (dur, dur d’égaler mon rhassoul adoré), pour le soin aucun effet significatif. J’ai même pas osé tester le tulsi sur mes cheveux car le primo test en masque visage m’a légèrement teinté la peau (heureusement le savon en est venu rapidement à bout): à réserver aux crinières foncées donc! Et la poudre d’orange est celle qui m’a le plus convaincue, car la poudre est très fine ce qui est agréable pour les cheveux. C’est d’ailleurs elle que j’utilise dans mes masques soins, elle est une très bonne base.

 

La grosse découverte de cette année, c’est l’effet waouh qu’a sur mes cheveux, l’œuf et le yaourt (ou la crème fraiche selon arrivage). C’est dingue en terme d’hydratation j’ai rien vu d’aussi efficace sur ma crinière. Et puis c’est pratique car j’ai souvent un vieux yaourt pas fini par les enfants de chéri qui traine dans le frigo (moi j’aime pas trop les yaourts donc quand j’en achète c’est pour eux). Une fois je l’ai même fait avec un yaourt à la fraise, ça sentait trop bon! La recette de mon masque adoré et donc simple: deux œufs, un pot de yaourt, de la poudre d’orange et c’est tout! Après si j’ai de la poudre de sidr j’aime bien en mettre pour la texture que cela donne au masque (texture onctueuse de la mousse au chocolat). Et puis si je veux en faire un soin colorant j’ajoute mes poudres couleurs….

 

Le rhapontic et le henné d’Egypte! L’utilisation du henné est très ponctuelle maintenant que mes cheveux ont enfin réussi à capter quelques pigments roux: une ou deux fois par an me semble être un bon rythme, car je ne veux pas que mes cheveux foncent. Par contre le rhapontic est parfait en boosteur de couleur pour maintenir mon blond vénitien. Je le combine avec du citron pour l’éclaircissement. Je ne m’étends pas plus j’avais déjà détaillé tout ça ici.

 

J’utilise aussi très régulièrement mon lait corps Jonzac en leave-in sur mes pointes et longueurs, notamment après mes séances de piscine. J’adore son effet léger et l’hydratation qu’il apporte.

 

Enfin avec la piscine je me suis remise à des produits un peu plus « conventionnels » dans leur conditionnement, car les poudres c’est un peu galère à mettre en œuvre dans les douches collectives. Je me suis bêtement tournée vers le gel douche que j’achète à chéri, n’ayant pas envie au départ de me lancé dans une multitude d’achat. Il s’agit du gel douche Douce Nature au Lemongrass (donc à la citronnelle)

Voici la composition : Aqua (Water), Cocamidopropyl Betaine, Coco-Glucoside, Decyl Glucoside, Lactic Acid, Sodium Cocoyl Glutamate, Disodium Lauryl Sulfosuccinate, Sodium Chloride, Glycerin, Citrus Aurantium Amara (Bitter Orange Flower) Water*, Sodium Benzoate, Cymbopogon Flexuosus Oil*, Citral, Glyceryl Laurate, Parfum (Fragrance), Sodium Hydroxide, Caramel, Limonene, Aloe Barbadensis Leaf Juice Powder*, Geraniol, Linalool, Benzyl Alcohol, Dehydroacetic Acid.

Bon c’est loin d’être le top car il y a des tensioactifs qui sont encore à revoir. Il va donc falloir que je cherche mieux, à la fois pour mes cheveux, mais aussi en tant que gel douche pour chéri (qui refuse d’utiliser du savon, ça serait tellement plus simple!). Mais ça va me prendre du temps d’analyser les étiquettes, et j’aimerais trouver quelques choses que je n’achèterais pas sur internet (ça évite les achats inutiles, car sur internet c’est classique, je remplis le panier pour avoir les fdp gratos…).

En attendant pour limiter l’impact je dilue (beaucoup) le produit, et depuis quelques temps j’ajoute de la poudre de shikakai. Le combo est pas trop mal et ça me permet d’utiliser cette poudre, que décidément je n’aime pas trop utilisé toute seule.

 

Je finis d’utiliser un vieux fond d’AS quand je suis à la piscine (opération « fais du ménage dans tes tiroirs ») et sinon je ne me passe plus de vinaigre blanc dilué, une autre révélation capillaire. J’utilise une grosse bouteille spray ( acheté chez le grand suédois au rayon plante), dans laquelle je mets moitié vinaigre, moitié eau.

tomat-pulverisateur__0241109_PE381162_S4

Photo : Ikéa

J’ai trouvé des bidons de 5L de vinaigre chez Int*****ché à un prix qui défie toutes concurrences, et c’est cool car entre les cheveux et mes produits d’entretien maison, j’en consomme pas mal. Pour mes cheveux mon mélange me sert en avant-shampoing pour dégraisser quand ils sont trop sales (je mouille mes cheveux, je pshitte en racine, je masse bien et je rince, puis je passe au lavage); il me sert en AS pour avoir les cheveux tout doux (je pshitte, je laisse poser, je rince rapidement); et enfin un dernier petit « pshittage » sur la crinière après être sortie de la douche, avant d’enrouler tout le monde dans une serviette.

 

 

Voilà pour cette fois. Dès que j’aurais fini mon opération « fais du ménage dans tes tiroirs », et notamment dès que j’aurais fini toutes mes poudres, je referais une commande Aromazone pour ne prendre que les basiques qui m’ont convaincue et que j’adopte: du rhassoul, de la poudre d’orange, de la poudre de sidr, du rhapontic. Le henné j’ai de la réserve pour quelques années vu mon très faible usage maintenant.

Je profite de ce post pour passer quelques annonces de dons qui se feront contre remboursement des frais d’envoi:

– un sachet de henné blond

– un sachet de poudre de tulsi à peine entamé

N’hésitez pas à faire signe si ça vous intéresse!

 

Mes cheveux version automnale… 1 an après!

Par défaut

Il y a un peu près un an, je me lançais dans l’aventure du henné pour obtenir du blond vénitien pour ma crinière. Cet article est l’un des plus consulté sur mon blog, et ça se comprend, car moi aussi avant d’oser, j’avais cherché à me renseigner, à trouver des recettes. Je n’avais d’ailleurs pas trouvé grand chose, alors j’imagine que mon article doit bien ressortir dans la « google roulette ».

Comme le henné c’est une science pas très exacte et surtout très évolutive avec le temps, j’ai choisis de vous faire un petit bilan de ma couleur un an après. Avant de bombarder cet article de photos, un peu de blabla pour vous présenter ce que j’ai mis sur mes cheveux….

Il y a un an, après ma première mixture, j’ai assez rapidement réitéré, car je trouvais que les reflets cuivrés n’étaient assez intenses. Et j’ai continué, au rythme d’un henné par mois grosso modo, selon la vitesse à laquelle les reflets cuivrés disparaissaient. Car oui, aussi surprenant que ça puisse paraitre, le roux refuse de tenir dans mes tifs! Le cuivré repart, entrainant invariablement mes cheveux vers le blond, puis le blond foncé, puis le châtain si je ne m’étais pas arrêté  dans le processus. Car par contre il n’y a pas de soucis, le henné fonce mes cheveux sans problème. Donc pour parer les problème j’ai progressivement au fil de mes hennés réduit la proportion de henné d’Égypte pour mettre plutôt du henné blond ou du henné neutre. J’ai aussi ajouté diverses poudres de plantes qui donnent de la matière au masque mais sont complétement neutres niveau couleur. Au printemps mes recettes comprenaient aussi une bonne part de citron et de miel, pour maintenir le coté clair de mes cheveux. Enfin Aromazone a eu la bonne idée de vendre du rhapontic et là ça a été la révélation: finit le henné pour mes couleurs, place au rhapontic! Pourquoi c’est mieux? Parce qu’il ne fonce pas les cheveux, il fait ressortir le cuivré juste comme il faut, il n’assèche pas comme le henné. Je me fais des petites tambouilles avec des œufs et du yaourt, du citron, du rhapontic et une poudre neutre (j’aime bien la poudre d’orange, mais je peux en utiliser d’autre selon ce qui traine dans mon placard). Je ne laisse pas posé longtemps car avec l’expérience j’ai bien appris que chez moi au delà de 45 mn c’est la cata (cheveux qui poissent et couleur qui vire au jaune avec le rhapontic).

Maintenant place aux photos! Première série prise au début de l’été sur mon lieu de travail, en extérieur, à l’ombre, et au soleil (tambouille colorante deux jours avant):

IMG_6931

 

IMG_6933

IMG_6929

IMG_6936

 

Deuxième série il y a trois jours, chez moi (conditions très proche des photos il y a un an, donc idéal pour comparer), dernière tambouille colorante il y a déjà longtemps (un mois je pense), mais avec des cheveux qui ont pris le soleil tout l’été et quatre ou cinq séances de piscine chlorée les jours précédant (je mets un bonnet mais c’est pas étanche ces petites choses…), donc un bon potentiel d’éclaircissement:

IMG_7073

IMG_7065

IMG_7064

IMG_7066

 

Je suis très contente de ma couleur actuelle, car le soleil et la piscine mon rendu une bonne part de mon éclaircissement, et la quantité de roux fixé dans mes cheveux (oui il y a quand même un peu de roux qui a réussit à se fixer, en un an!) est juste ce qu’il faut. J’ai réussit à maintenir un blond vénitien avec des produits naturels, et c’était pas gagné car mes cheveux risquaient vraiment de foncer. Je vais continué mes petites tambouilles mais vraiment avec une dose minime de rhapontic, juste pour donner un peu de pep’s de temps en temps, et je vais surtout accentuer le coté soin ( je ferais un article prochainement sur ce sujet).

La panacée chez Jonzac….

Par défaut

Bon voilà un article qui sommeille depuis un bout de temps dans un coin de ma tête, mais la faute au boulot, j’ai pas une minute à moi pour écrire sur ce blog. La bonne nouvelle c’est que j’ai eu bien le temps de tester le produit, car je dois l’utiliser depuis au moins deux mois. Ce produit, cette merveille, cette panacée (« ce qui soigne tout », en grec ancien, si vous n’êtes pas des férues de langue hellénistique), c’est le lait corps réhydratant de la marque JONZAC. Marque que j’avais déjà portée aux nues dans un de mes précédents billets, et qui a du être inventée pour moi tellement leurs produits ont d’affinités avec tous les bouts de mon corps.

 

IMG_6894

 

Voici la petite perle de ma salle de bain. Pour mémoire la gamme ReHydrate de la marque cible tout particulièrement les problème de déshydratation avec des formules qui restent légères, donc absorbées rapidement, facile à étaler,… Vous pouvez découvrir la gamme complète et la compo détaillée du produit sur leur site. Comme tout le reste de la marque le lait pour le corps est labellisé Cosmébio.

Il se présente sous forme d’un flacon pompe de 400ml. Un format classique pour un produit corps, mais moi quand je l’ai vue je me suis dit: « encore un méga produit que je vais galérer à finir, mais bon tant pis ma peau à trop soif il le lui faut! ». Car moi + hydratation corporelle = 0. Je suis une énorme feignasse du tartinage de body, c’est la corvée ultime donc je ne le fais quand cas de crise intense. Et il y a deux mois c’était la crise ( soleil intense + vent + grosse amplitude thermique + boulot dans un bâtiment hyper poussiéreux). Et malgré ma mauvaise volonté, ce produit a réussi quelque chose de miraculeux, j’ai aimé l’utiliser, j’ai kiffé m’oindre le corps. D’abord grâce au flacon pompe c’est hyper pratique, je m’étais jamais rendu compte à quel point, mais pour un produit corps c’est indispensable. Ensuite grâce au parfum laiteux que j’avais déjà tellement aimé dans les produits visage et que j’ai retrouvé avec plaisir ici. Enfin grâce à la texture super fluide, facile à étaler, vite absorbée. Et bien sur les résultats sont là, fini la peau de crocro!

 

IMG_6912

 

 

Alors là on fait le détail de l’utilisation de base du produit, celle pour quoi il est vendu. Mais comme j’aime bien exploiter au maximum les qualités d’un produit, j’ai détourné son utilisation pour deux usages supplémentaires.

La première, assez évidente, c’est pour hydrater mon visage. Depuis 15 jours on est passé ici dans les grosses chaleurs estivales, avec le mercure qui monte allégrement jusqu’à 35°. Après une période de transition pas vraiment fun le mois dernier, et la fin (enfin) de mes allergies au pollen, ma peau a aujourd’hui besoin d’un produit ultra fluide et hyper léger pour l’hydrater, sous peine de briller de façon pas très glamour (qui a dit que l’été c’est sexy?). Le lait pour le corps est parfait pour ça, j’y fond une lichette de ma BB crème et en 30 seconde j’ai réglé ma routine soin et teint du visage.

La deuxième utilisation, je l’ai « chiper » à Mini, la « papesse » du cheveux bio. J’adore son blog, c’est une mine d’astuce et de bons conseils. Dans un de ses articles, elle nous propose de détourner notre crème visage en soin hydratant pour les cheveux. Vous l’aurez compris, moi c’est mon lait pour le corps que j’utilise pour cet usage. Il est très bien pour cela, il n’alourdit pas mes tiges et les hydratent parfaitement. Il a été très efficace pendant la période de crise où j’étais toute desséchée, même des cheveux.

 

Comme les autres produits de la gamme, j’ai du le payer 13€, et vu la multiplicité des usages que j’en ai, c’est un investissement que je ne regrette pas, et que je referai dès que le flacon sera fini (c’est à dire bientôt!).

Here comes the sun!

Par défaut

Encore que depuis le temps qu’il est là, je pourrais dire « here came the sun »…. Et oui j’habite au pays du soleil! Sauf que je suis pas une native et que j’ai hérité de la peau de ma mère édition « ViveLaLorraine ». Du coup vous me voyez venir, cet article sera consacré à: la crème solaire! Enfin pas toutes les crèmes, juste celle qui m’accompagne depuis 1mois et demi, et qui va me suivre tant que j’en aurais besoin.

Oui car je suis une vilaine fille: je ne m’oins pas quotidiennement. Le tartinage c’est uniquement quand je peux pas me cacher derrière un chapeau/un arbre/un vêtement-qui-camoufle. Et surtout si je dois sortir de ma grotte entre 11h et 17h. Et en général c’est le boulot qui m’y contraint: je m’habille pas comme je veux (souvenez vous de mes sandales romaines…) et je bosse en extérieur, au soleil, y compris aux heures les plus chaudes. Heureusement pour moi la tenue féminine romaine est plutôt couvrante, à part les bras et le visage que je protège avec la dite crème (et un chapeau de paille aussi, car les romains ont eu la bonne idée de s’équiper de cet accessoire, Dieu merci!).

Donc tout ça pour dire que je vais vous présenter « La Crème Solaire Visage haute protection » de Florame:

IMG_6902

Alors pourquoi elle? Quand j’ai eu besoin d’une crème solaire à la mi-avril, mon magasin bio n’avait pas encore fait de stock pour la saison, j’ai donc pris ce qu’il y avait! Ça c’est du critère de sélection! Bon j’aurais pu aller dans un supermarché prendre une crème solaire pleine de trucs cracra, mais c’est pas mon truc. Et puis c’est quand même une (bonne) marque que je connaissais puisque le labo est à 15km de chez moi, j’ai donc déjà testé certains de leurs produits.

 

Niveau compo et promesse de la marque, voilà ce que ça dit sur le carton:

IMG_6910

 

IMG_6908

 

Bon je suis pas une très bonne élève du décryptage de compo, surtout pour la crème solaire, j’ai donc fait une confiance aveugle au label « cosmébio ». Mais si il y a des férues de l’étiquette vous pouvez vous faire plaisir!

 

Maintenant passons à la pratique. Une crème solaire, perso je lui demande pas grand chose, je veux qu’elle me protège du soleil, et qu’elle me fasse pas un masque blanc opaque façon geisha occidentale. Pour le premier critère c’est banco puisque je n’ai aucun coup de soleil à déclarer jusqu’à présent. A noter que je l’utilise sur le visage et sur les bras. Pour le second critère j’ai eu un peu peur lorsque je l’ai sorti du tube la première fois mais après un bon massage pour faire pénétrer il n’y a aucun soucis tout a disparu.

IMG_6919

IMG_6921

IMG_6922

 

 

Au final la crème fait ce que je lui demande, je suis donc contente. Le bémol, c’est qu’elle est un peu épaisse, c’est n’est donc pas idéal pour l’étaler (surtout sur le visage), mais en la travaillant un peu ou en ajoutant une lichette de mon baume visage, ça passe nickel. Le bonus c’est l’odeur à tomber dont j suis complétement accro, c’est chaud et envoutant, et pour une fois qu’une crème solaire ne sent pas le monoï, je pense qu’on peut le signaler!

 

Embaumée!

Par défaut

Depuis quelques temps, j’ai augmenté mon panel de création cosmétique. Après avoir fait des shampoings solides, des couleurs végétales, des assemblages d’huiles, me voilà lancée dans l’univers des baumes!

Alors pourquoi des baumes à gogo en ce moment? Parce que le printemps est là pardi! Et oui il fait plus chaud et il y a du soleil et du vent, me peau a donc de nouveaux besoins et mon corps a besoin d’un déo qui tient la route. Et c’est avec les baumes que j’ai résolu ces équations.

 

Commençons par le déo, car c’est lui le premier que j’ai réalisé. Bon je suis pas une grande « transpireuse » du coup l’hiver, un peu de pierre d’alun, voir même rien du tout et ça passe sans problème. Avec les températures qui grimpent, j’ai eu envie d’un déo efficace mais jusqu’à présent je n’avais rien trouvé d’efficace dans le commerce (en bio bien sur!).

Et puis je suis tombée sur l’article de Naturellement Belle sur le déodorant Soapwalla. Ce produit je l’avais déjà croisé sur le net, mais voilà le prix et le fait qu’il soit fabriqué au USA me gênait un peu [ attention j’ai rien de perso contre les ricains, j’essaye juste depuis quelques temps de consommer le plus « local » possible (français, européen), non pas pour relancer l’économie, mais pour limiter l’impact écologique de ma consommation en ne faisant pas venir mes produits de l’autre bout du monde. Bon c’est pas toujours faisable mais j’essaye de faire au mieux.]. Tout ça pour dire que j’ai regardé attentivement la compo et je me suis dit que quand même ça avait pas l’air bien sorcier de fabriquer cette petite chose là. En résumé, il faut un beurre végétal, de/des huiles(s), des substances sèches (poudres),  et des huiles essentielles. Bon que des trucs présents dans mes stocks en fait. Alors j’ai fait un essai en petite dose, j’ai testé, j’ai aimé, et voilà maintenant le produit grand format:

 

IMG_6829

IMG_6834

 

Alors dedans j’ai mis:

Du beurre de mangue, de l’huile de pépin de raisin et de la vitamine E pour la phase « grasse »

De l’amidon de maïs (= de la maïzena), du bicarbonate de soude, et un peu de poudre d’avoine pour la phase « sèche »

De l’HE de lavande et de l’HE de Tea-tree et en bonus un peu d’hydrolat de cyprès dopé à l’extrait de pépins de raisin pour sa conservation.

Comme je suis un blogueuse et cosméteuse en carton, j’ai fait tout ça à l’arrache donc je peux pas vous donner les quantités que j’ai utilisé (c’est symptomatique, c’est pareil quand je cuisine).

Mais je peux quand même vous dire que les deux HE sont parfaites pour neutraliser les odeurs et sont anti-bactériennes, que le bicarbonate de soude est réputé pour lui aussi neutraliser les odeurs, que l’amidon de maïs va assécher un peu la zone, l’hydrolat de cyprès est purifiant, l’avoine va apporter de la douceur, et la phase grasse sert de support et de fait rend le produit très doux pour la peau.

 

IMG_6850

On prélève un noisette de produit, et on l’étale délicatement sur la peau (délicatement car le bicarbonate reste en petit grain et ça peut vite virer au peeling), et on apprécie son efficacité car je n’ai eu aucune mauvaises odeurs de toute la journée . Alors bien sur il ne t’empêche pas de transpirer car c’est pas son but, il se concentre sur les odeurs. Et il le fait bien. Et évidemment si tu dois aller en plein soleil pendant des heures, on privilégie les vêtements amples et les matières naturelles.  Moi il a passé avec brio le test du « théâtre d’Arles » où je suis en activité en plein soleil pendant une heure à 14h (retenez bien le nom de ce test, il va revenir dans de prochains articles). Je suis donc conquise.

 

 

On continue avec mon baume visage. Avec le soleil plus intense, le vent et donc la déshydratation ma peau a soif et doit être bien nourrie pour garder les litres hydratation interne que je lui fournis avec ma consommation de thé. Or mon rituel d’hiver avec de l’huile n’est plus adapté avec ce grand soleil (effet friture garanti), et j’ai constaté que mon beurre de mangue laisse un fini plus sec sur la peau. Le problème c’est qu’il est très dur et le matin c’est du coup galère à prélever (tête dans le c**, à la bourre, tout ça tout ça). Donc j’ai mélangé un peu de beurre de mangue (fondu) avec de l’huile de son de riz et de l’extrait CO2 de grenade. Un petit coup au frigo pour figer et le résultat est parfait.

 

IMG_6858

 

C’est une combinaison parfaite pour le printemps et l’été puisque le beurre de mangue et l’huile de son de riz ont des vertus antioxydantes et anti-UV reconnues. L’extrait CO2 de grenade est aussi un puissant antioxydant. Je l’utilise quotidiennement après avoir appliqué une fine couche de la crème légère Re-active de Jonzac qui un ce moment me sert de sérum (et oui merci les allergies au pollen qui me sensibilisent à mort ma peau). Bon je suis pas fada non plus, ce baume je l’utilise quand je sais que je n’aurais pas à m’exposer à un grand soleil (pas de test du théâtre d’Arles avec celui-ci). Pour les grandes expositions, j’ai acheté une nouvelle crème solaire visage, dont je ferais un article prochainement quand j’aurais fini la phase test.

 

Voilà pour mes petits baumes du moment, qui sont vraiment faciles à faire (15 mn de tambouille pour faire les deux), efficaces, et peu couteux!

Le truc qui manquait à ma vie: le pain d’argile!

Par défaut

A peine de retour de mon magasin bio, je bondis sur mon clavier pour vous faire partager ma joie: j’ai résolu l’épineux problème du nettoyant visage. Je l’avais évoqué dans certain de mes articles, mais pour mémoire, le nettoyant visage a toujours été pour moi une équation sans solution. Les inconnues étaient:

un produit naturel + une légère exfoliation + un format solide type savon + un produit sans savon = ????

Et ben oui ça fait beaucoup de données contradictoire et toutes les solutions que j’avais essayé jusqu’à présent ne me satisfaisait pas entièrement car j’étais obligée de faire l’impasse sur certain de mes critères.

Mais aujourd’hui j’ai l’honneur et le plaisir de vous présenter mon nouveau copain dans la salle de bain: le pain d’argile d’Argicrea!

IMG_6816[1]

Alors oui je ne l’ai pas encore essayé mais c’est sur il ne peut pas me décevoir car il est exactement ce qu’il me fallait:

– 100% argile et silice, plus naturel c’est pas possible

– la silice assure une légère exfoliation, tout en douceur

– c’est solide! donc super facile à transporter et pratique à l’utilisation

– et c’est sans savon, idéal pour un nettoyage tout en douceur et sans avoir la peau qui tiraille.

Voilà restera plus qu’à résoudre l’équation du démaquillage et ma routine soin ne devrait plus bouger pendant un bout de temps!

Edit du 24/02

Puisque ça m’a été demandé, je vous fais part de mes impressions après usage. Bon pas de photo de ma trombine en tartinée d’argile ça n’apportera rien au sujet. Concentrons nous plutôt sur l’efficacité de la chose.

Niveau douceur, c’est parfait. La peau est toute douce et pas du tout déséchée. Bon il faut dire que je suis particulièrement réceptive aux vertus des différentes argiles, surtout quand ce sont des argiles réputées pour leur douceur, comme le kaolin ici. D’ailleurs depuis quelques temps mes nettoyants étaient toujours à base d’argile (fresh farmacy de lush, savon artisanal à l’argile, gommage à l’argile de cattier, ou même mixture maison avec du rhassoul et de l’eau florale), mais ils avaient tous au moins un défaut à mes yeux (composition ou conditionnement). Ici zero défaut, la compo est parfaite, le conditionnement idéal (c’est soliiiiide!!!!). Les petits grains de silice assurent une mini exfoliation, très douce, que j’apprécie énormément.

Coté usage il faut prévoir un porte-savon dans la douche où le pain pourra sécher entre deux utilisation. Rassurez vous il ne se gorge pas d’eau le temps du lavage au point de transformer la baignoire en champ de boue. Mais si vous le laissez dans une boite où il y aurait un peu d’eau, il risque de fondre un peu vide. La prise en main est un peu galère car il est bien gros (plus de 300g). Donc même si la composition est tout à fait adaptée pour les enfants, il faudra leur filer un coup de main , surtout si le pain est neuf. Bien sur j’ai tenté de le couper: bon même en l’humidifiant ça a été un peu le carnage, je ne recommande donc pas cette opération. C’est pour moi son seul défaut, sa taille. La même quantité d’argile répartie en deux pains plus petits serait plus pratique.

Dans tous les cas je l’adopte pour la vie! Et si vous avez des questions sur un aspect particulier que je n’ai pas évoqué, n’hésitez pas à me les poser.

Alors comme ça le produit n’est plus fabriqué?

Par défaut

Aujourd’hui, petite oasis de tranquillité dans mon quotidien. Ni une, ni deux, j’en ai profité pour avancer mon dans mon boulot et pour résoudre un problème « makeupesque ». En effet j’ai appris récemment que Nuxe ne fait plus la recharge pour son fond de teint poudre minéral de sa gamme Bio. Et je vous le donne dans le mille: c’était mon fond de teint chouchou. Une teinte pile poil comme il me faut, une couvrance idéale (c’est à dire très légère car j’ai la chance d’avoir une peau peu capricieuse), longue durée (environ 1 an, car je ne maquille pas tous les jours), et surtout dispo dans la pharmacie de mon supermarché! Mais voilà ce temps est révolu et je me voyais déjà obligé de commander sur internet des fond de teint minéraux sans avoir testé la nuance.

Quand soudain une idée a jaillit: finalement c’est quoi le maquillage minéral? Une base et des minéraux. Et qui c’est qui a en réserve des ocres achetées à Roussillon il y a deux ans? C’est bibi! Bingo, j’ai fait plus de la moitié du chemin! Manque plus que la base, et pour piocher quelques idées, un petit détour sur Aromazone s’impose. Parmi un panel assez varié de produit, un basique, que j’ai déjà, le talc (acheté pour l’entretien de mon bonnet de piscine quand je me berçais encore de l’illusion d’y aller régulièrement). Pour la boite, on récupère celle de feu le fdt Nuxe, et c’est parti!

IMG_6810

 

D’abord j’ai préparé la base, un mélange de talc et de poudre d’Avoine (que j’utilise d’habitude dans mes shampoings) pour le coté douceur et parce que sur le sachet il y a écrit que ça « apporte un toucher soyeux et un fini velouté et mat » (c’est-y pas parfait?). Ensuite j’ai commencé à ajouter les ocres, un peu au pif. Sur la photo vous avez une partie du panel dont je dispose (j’ai aussi du brun, du vert et du bleu). Je me suis fait avoir avec le rouge, plus dense que les autres, il ne se mélangeait pas bien, jusqu’au moment où l’idée met venue de secouer le pot ardemment. Résultat: trop rose! Du coup j’ai délesté mon pot principal d’une bonne partie du mélange, plaçant l’excédent dans des petits pots noirs: j’en ai laissé un tel quel, il me servira de blush ou de base quand je devrais refaire du fdt, dans l’autre j’ai essayé de faire un résultat plus « corail », mais il faudra que j’affine à la lumière du jour.

 

IMG_6807

Merci l’éclairage pourri, en réalité c’est plus clair!

Retour au pot de fdt, j’ajoute finalement à mon mélange trop rosé de l’ocre beige et une pointe de jaune, une nouvelle rasade de talc et de poudre d’avoine, et le tour est joué! A vérifier aussi à la lumière du jour mais ça me parait plutôt pas mal. Peut être ajouterai-je aussi un peu d’ocre vert pour contrer les rougeurs du visage. En tout cas, quand je teste sur ma main j’ai bien un fini mat et velouté (merci l’avoine) et j’ai des micro paillette qui sorte de je-ne-sais-où mais qui sont parfaites pour l’éclat.

IMG_6803

Au final en 15 minute j’ai résolu mon problème de fdt, et vu la faible quantité d’ocre nécessaire pour le composer, je pense que j’ai de quoi me faire du fdt jusqu’à la fin de mes jours! En plus niveau cout, c’est ridicule: le talc se trouve en grande surface pour des clopinettes, et j’ai payé mes pots d’ocres 5 € les huit!

Inutile de vous dire que j’envisage fortement maintenant de me faire des fards à paupières!

Et pour finir, même si j’avais déjà posté la photo, je ne peux résister à remettre cette vue des carrières de Roussillon (dans le Lubéron).

Photo0129