Do you have sense of Community?

Par défaut

Bon j’avais dit que j’écrirais sur ce blog pendant que chéri n’est pas là… Comme vous avez pu le constater, je m’y suis tenue, c’est le moins qu’on puisse dire (ironie inside).

J’avais envie de participer à tag (Sakurah, je l’oublie pas!), mais il y a encore des questions pour lesquelles je réfléchis, donc en place et lieu, je vais vous faire une petite présentation d’une de mes série fétiche, dans laquelle je me suis replongée depuis le départ du chéri (= je passe mes soirée à la regarder, et du coup j’écris pas sur le blog!)

Donc ce petit bijou d’humour c’est « Community ». Pas la peine de chercher une diffusion sur Meuh6 et consorts, notre ami Wikipédia m’a appris que la seule diffusion française se fait depuis décembre 2012 sur Numéro23 (sérieux qui connait cette chaine?). Du coup la meilleure façon pour la regarder, c’est encore internet, car je crois qu’il n’y a même pas d’édition en DVD en Europe (mais que font les producteurs?). La première diffusion aux USA date de 2009. Il y a actuellement 4 saisons, la cinquième est en cours de diffusion.

Alors de quoi ça parle? La série débute par une rentrée à la fac publique de Greendale (community collège en anglais), où on y croise les losers qui n’ont pas été accepté dans une « vraie » fac (celles où que tu payes très chère ton inscription). Parmi eux, Jeff, beau gosse et surtout ex-avocat déchu de ses droits car il n’avait jamais passer les examens du barreau. Le voilà donc condamner à passer un diplôme, de préférence le plus vite possible, et en n’en faisant le moins possible. Il tombe sous le charme de Britta, trentenaire qui se décide enfin à construire sa vie après des années de rébellion politique. Très vite pour l’aborder, il lui fait croire qu’il peut l’aider pour son cours d’espagnol et l’invite à rejoindre son groupe de travail à la bibliothèque. Jeff espère un tête à tête, mais Britta fait passer l’info et ils se retrouvent à 7 pour bosser leur espagnol. Malgré leur grande différence de parcours et de personnalité, une amitié va naitre, et au fil des saisons, ils partageront des aventures rocambolesques.

Ici le trailer de la série, en anglais mais assez facilement compréhensible

Ce qui fait le charme de la série, c’est indéniablement les personnages tous plus barrés les uns que les autres. Outre les 7 personnages centraux, le doyen (clairement gay et friand de déguisement) et Chang (tour à tour prof d’espagnol, étudiant, chef de la sécurité) sont des éléments clés de la série.

Si les premiers épisodes commencent doucement, très vite la série prend sa vitesse de croisière avec de très nombreuses situations improbables, qui font de chaque épisode (20mn) un concentré d’humour. La série a établie sa réputation avec les excellentes parodies et les références récurrentes au cinéma et aux séries télé. On peut noter par exemple un épisode qui parodie les films de Zombie, un autre qui parodie la série NewYork Police Judiciaire (avec le meurtre d’un igname), plusieurs qui parodient les films post apocalyptiques, notamment les épisodes sur le paintall.

J’aurais du mal à bien vous vendre la série dans un article, car dans le fond il n’y a pas grand chose à raconter (un peu comme si vous deviez résumer Friends..). Il faut la voir pour le croire et après ça impossible d’en décrocher.  Encore un petit extrait?  J’ai cherché quelque chose avec le sous titrage, je n’ai trouvé que la bande annonce de la saison 4. C’ est pas le mieux mais c’est déjà ça!

Publicités

"

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s